La langue et la vigne dans le Gaillacois

Partant du constat qu'il ne semblait pas encore y avoir eu de travaux lexicologiques spécifiques sur la langue de la viticulture à Gaillac, mis à part les notices dans l'Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, Manon Serres, étudiante au département Sciences du langage de l'université Toulouse Le Mirail, a préparé en 2013-2014 un mémoire de master 1 en linguistique occitane sur La langue et la vigne dans le Gaillacois.
Les enquêtes qu'elle a réalisées et leur transcription ont servi de base à son travail. Le but était de recueillir la langue dans laquelle le métier de viticulteur s'exerce et de montrer que l'occitan parlé aujourd'hui par les hommes et les femmes du Gaillacois est bien plus qu'une survivance lexicale. Pour cette raison, il lui a semblé important de ne pas en rester à une description linguistique, mais d'intégrer à son étude un aspect ethnolinguistique, en s'attachant à la vie des viticulteurs et à sa complexité.
Le travail d'enquête étant mené en partenariat avec le département du Tarn, il a été convenu que les sources recueillies seraient déposées aux Archives départementales, avec l’accord des personnes enregistrées, afin de constituer un fonds d’archives sonores en langue occitane sur le thème de la vigne dans le Gaillacois.
La collecte s'est déroulée dans le Gaillacois, zone viticole du département du Tarn située entre Saint-Sulpice, à l'ouest, Albi, à l'est, Cordes-sur-Ciel, au nord, et Graulhet, au sud. Elle porte sur le vocabulaire occitan du métier de viticulteur.
Les dix-huit viticulteurs enregistrés ont été choisis par l’association La Talvera, située à Cordes-sur-Ciel (Tarn), par la famille de l'étudiante, qui habite sur la commune de Cahuzac-sur-Vère, ou par les viticulteurs eux-mêmes qui ont activé leurs réseaux de connaissances.
Sans que ce soit un choix initial délibéré, les locuteurs sont le plus souvent des femmes, lesquelles sont traditionnellement peu présentes en qualité de témoin dans le domaine de la dialectologie. Les personnes enregistrées sont nées entre 1920 et les années 1950.
Les entretiens ont été menés en conversation semi-dirigée selon les axes principaux suivants : présentation du témoin, description du métier de vigneron et d'une année de travail, termes occitans liés à l'outillage et au travail de la vigne, mécanisation et ses conséquences sur le métier. Un temps a été réservé à la conversation libre.

Consultez l'instrument de recherche du fonds 19AV.

Pour en savoir plus sur le travail qui a été effectué sur ce fonds, vous pouvez consulter l'article Mise en ligne du fonds « La langue et la vigne dans le Gaillacois » dans Les Carnets de la phonothèque.

Écouter des extraits

Jeanine Dejean, enregistrée le 26 novembre 2013, à La Berlandié (Montels) (19AV8). Durée : 2'17''.

Odette et Damien Dolle, enregistrés le 26 novembre 2013, à Carcariètge (Cahuzac-sur-Vère) (19AV9). Durée : 1'50''.

Gérard Marroulle, enregistré le 20 mars 2014 à La Borie (Gaillac), (19AV15). Durée : 2'16''.

Enquête : Manon Serres
Prise de son : Céline Della Savia

Scène viticole, Donatien Rousseau, AD81 (2184W1594)
Haut de page